Il y a quelques années tous les soirs nous regardions 3 petits hiboux moyen duc qui se perchaient sur un de nos arbres, on ne voyait jamais les parents mais j'avais détecté leurs présence, ils restaient caché;
Je les avais photographié.
Depuis quelques jours j'entendais des cris me rappelant ceux des petits hiboux, je les ais trouvé dans un autre arbre, il y en a quatre, ils sont conscients de ma présence et me laisse approcher à une dizaine de mètres, ils se déplacent et leur vol est silencieux .
IMG_0190.JPG

J'ai fait quelques photos et vidéos.

https://photos.app.goo.gl/iHtgaZza46jNETht8

UNE AUTRE HISTOIRE PLUS ANCIENNES:
Il y a de nombreuse années, j’entrais dans une des écuries de l’ancienne ferme qui abritait les nombreuses anciennes motos mises de côté par le paternel, je surprends une petite chouette effraie perchée sur un guidon, il était 15/16 heures, je la prends elle s’accroche à mon doigt et je la caresse pendant assez longtemps puis je la repose sur le guidon. Plus tard, l’été, le soir j’apercevais une chouette effraie adulte voler au-dessus de chez nous, j’imaginais que c’était la « petite », 1 ou 2 ou 3 ans après un samedi soir on entendait du bruit au-dessus de la cheminée de la salle, je cherche je vois rien, le bruit persiste, je fini par ouvrir la trappe qui la bouche l’été et il tombe une petite chouette !!!!! Elle avait dû se poser sur la cheminée et tomber au fond. Nous lui proposons des petits morceaux de viande mais elle n’en veut pas, donc je la pose sur la table à l’extérieur en surveillant que les chats ne passent pas par ici, elle finit par s’envoler. Le lendemain nous prenions le petit DEJ et nous entendons frapper aux vitres de la fenêtre, c’était la grosse chouette effraie, elle est resté peut-être 30 secondes en nous regardant puis est reparti. Je ne peux faire que des hypothèses mais j’avoue être perplexe sur ses intentions, a-t-elle désiré remercier ? Je suis à peu près certain que la chouette adulte est celle que j’avais tenue sur le doigt d’autant plus qu’elle est toujours autour de chez nous, il semble qu’il y est encore de la descendance car j’aperçois toujours des effraies.