Mon ami Michel courait en Kart années 60, je m’occupais de ses moteurs,

Michel en course à Gannat My beautiful picture

Michel Côte de Corent 63 My beautiful picture

Pour m’amuser j’avais déjà un engin à 3 roues fabriqué avec un arrière de scooter LAMBRETTA auquel j’avais greffé un avant de triporteur Peugeot avec 2 roues avant de Vespa, j’avais prolongé le tube inférieur du cadre du Lambretta jusqu’au train avant du triporteur sa caisse me servant pour « l’habitacle.
SCOOTER_lamb2.jpg
TRIPORTEUR.jpg

Un des critères de fabrication était le coût s’approchant de zéro franc, se servir de ce qui est stocké depuis longtemps ou échanger ; par exemple le volant réalisé avec les coudes soudés d’ancien pare choc de motos des années 50 . Un ami travaillant dans une usine Moulinoise spécialisée dans les freins me fait les 2 transmissions avant. Le silencieux provient d’un 100 Monet Goyon, son levier de vitesse au réservoir sert pour la commande de boîte à vitesse du Lambretta .

Nous nous amusons quelques temps avec mon ami et mécano Christian, alias « Alfred » à l’atelier, soit sur la route soit autour de l’église sur la place .

MODIF_1er_version.jpg
My beautiful picture

L’esthétique ne nous satisfaisant pas, jugeant le centre de gravité trop haut, désirant améliorer le train avant, je décide de supprimer le gros tube central afin de faire un siège « baquet surbaissé » en renforçant la « cage » en tube de l’habitacle, adaptation d’une barre stabilisatrice, fignolage du cylindre pour gagner quelques CV, façonner une carrosserie en alu type « formule », on roulait à 110/120 sur route .

3_ROUES_TYPE_DEUX_AVEC_ALFRED.jpg

3_ROUES_TYPE_DEUX_VUE_AR.jpg

Avec des connaissances de Varennes allier nous nous sommes retrouvés sous le marché couvert certains soir jusqu’à 22 heures, les engins étaient divers, l’un avait son kart des début, petite taille avec un moteur issue des tronçonneuses Mac Culloch, d’autres des inspirations premiers kart avec roues de Vespa, moteur scooter ou cyclomoteurs.

Un voisin du marché couvert c’est plaint du bruit à la mairie , nous respections les conditions d’autorisation c’est-à-dire arrêt à maximum 22 heures ; agacé par cette histoire l’idée à germée que l’on pourrait peut-être faire une piste, nous nous mettons en chasse pour trouver un terrain, on nous propose une surface vierge le bord de l’allier à côté du pont de Chazeuil, on se renseigne auprès de l’entreprise spécialisée en revêtement pour un devis, celle-ci située près du terrain prévu nous propose de faire le travail un samedi ce qui nous baisserait le prix, nous organisons une réunion, dans une salle prêtée par la mairie, pour débattre et décider, le nombre de personnes présentes était plus élevé que nous l’imaginions, un des nôtres, banquier, a mis au point le financement ; l’exigence d’au moins 10 membres de la futur association comme cautions a éclaircie l’assistance !!!

Nous avons fixé le montant des parts et restait à chacun de décider le nombre qu’il prendrait, le Kart club de Varennes naissait en 1970 .

Nous avons préparé le terrain et un samedi l’entreprise est venu poser l’enrobé, elle a fini vers 20/21 heures , j’étais avec un de mes fourgons et le 3 roues dedans, aussitôt terminé on inaugurait la piste ! Elle faisait 350 m quelques années plus tard elle passera à 800m .

Début sur la nouvelle piste:

VARENNES.jpeg

Rapidement je me suis rendu compte que mon 3 roues ne permettait pas de m’amuser comme je le désirais sur la piste j’ai donc décidé de construire un Kart, le top à l’époque était le modèle de mon ami Michel un Vacquant, je suis donc aller chez lui pour prendre toutes les côtes afin de fabriquer 2 chassis . J’ai commandé chez Vacquant les pièces que je ne pouvais pas réaliser, l’arbre arrière, pivot de direction avec fusée, le volant et support moteur et frein . M.Vacquant très gentiment, au Téléphone, me dit je vous joins mes autocollants vous pourrez les poser sur votre chassis si vous le désirez.
KART_VACQUAND.jpg

Le stock de pièces et moteur Gnome et Rhône avait été repris par les ETS Ydral et une catégorie existait avec cette motorisation, cela m’évitait la dépense d’un moteur ; j’ai donc modifié le moteur 125 Gnome et Rhône avec le quel mon père avait couru 1950/51/52, suppression de la boîte de vitesses retournement du bas moteur pour le sens de rotation, usinage d’un pignon en bout de villebrequin, un carburateur de Tronçonneuse Homelite XP2000 pour le diamètre, l’échappement de la moto, suppression du rotor de volant magnétique pour ne garder que la came du rupteur, la batterie de ma moto et une bobine HT auto et ça tournait, il prenait plus de tour que sur la moto, j’avais placé le compte tour d’atelier entre mes genoux et surprise 11000 tours ! Le problème les pistons tenaient 1h ½, j’ai passé le stock qui restait du paternel ; raisonnablement il aurait fallu que je limite le nombre de tours minutes à 9000/9500 tours mais c’était baisser les performances et je n’en avais pas envie.
KART_GNOME.jpg

KART_GNOME_-.jpg.jpeg

J’ai donc décidé d’acheter un moteur de Kart, mon ami Michel m’a trouvé un BM d’occasion en bon état, je l’ai retravaillé, il avait un carbu Del Orto, je l’essaye et l’expérience testée sur mon 50 de course me décide d'adapter aussi un carburateur de tronçonneuse Tillotson. Refusant de lui faire avaler les poussière de la piste je lui est fait une boite à air avec un filtre constitué par la pièce de jonction réunissant les carbus d’une CB500 Honda venant d’une épave, depuis nous savons qu’une chambre de tranquillisation est bénéfique pour le rendement, habitué à celui de mon ami Michel je m’étais rendu compte aux essai que mon kart marchait très bien . Fin août début septembre nous avions décidé d’organiser une première course sur notre piste, je préparais donc le kart en conséquence mais n’en parlait pas et j’allais l’essayer sur la piste dans la semaine pour être tranquille, je croise un des membres au bistrot ou il y avait le dépôt de colis, en rigolant il me dit :

-Tu cours avec ton truc ?

-Oui, je cours .

-Ahahaha ! je veux voir ça, je paries une caisse de champagne que tu n’y sera pas !

-Pari tenu et je prends à témoins les patrons du bistrot !

Le matin de la course j’ai essuyé les quolibets d’autres pilotes rigolant de mes choix techniques, carburateur, boite à air, etc etc Aux essais la vitesse de pointe les intriguaient, le soir après avoir été en tête des 2 manches et de la finale, on venait me demander mes tarifs pour les préparations !

-C’était la seule course, le kart était là pour m’amuser sur notre piste,

Plus tard en 79 Michel a désiré recommencer il a acheté un nouveau Kart châssis Birel,1 moteurs Parilla et mon BM en cas de casse, pour faire de l’endurance ( courses de 6h) sans prétention juste pour se faire plaisir, je faisais la préparation et l’autre pilote .

-L’ennui nous avions une différence poids importante ce qui se retrouvait au temps au tour, en plus j’étais trop léger il aurait fallu lester le kart, avant la course j’étais déjà limite-limite mais après plusieurs heures de pilotage secoué dans le baquet j’avais beau manger des bananes et boire de l’eau le plus possible je perdais du poids et me trouvait en dessous, alors je bourrais ma combinaison de cuir avec des clés, chaîne pignons, plaquettes de frein, pour être dans les normes !
-Si ma mémoire est bonne à l’époque l’ensemble pilote Kart devait être au minimum de 120 KG alors avec mes 56 kg !!!!!!

Ce n’était pas grave car le but n’était pas de gagner mais simplement de s’amuser.

Pour l’année 80 on avait décidé de continuer mais en transformant le kart pour rouler en 125 à boite à vitesses, à l’époque les moteurs Kawasaki cross étaient excellent en kart, un client désirant changer son 125 KX ayant peu servi je l’ai repris et gardé pour prendre son moteur et dans le cadre j’ai adapté un moteur 350 XL Honda pour un ami, à l’époque il n’y avait pas de motos TT efficaces en 4T.
KX-XL_350_ter.jpg

En catégorie 125 les freins avant étaient autorisés, possédant une paire d’étriers de 50 Fantic, un ami , Robert, tourneur fraiseur dans une usine ma réalisé les moyeux avant ainsi que les disques de freins, malheureusement des événements allaient nous empêcher de courir et je n’ai pas fini la transformation du kart .